Association pour la Légèreté en Equitation

International Dressage & Equitation Association for Lightness

 

logo facebook rejoindre

Ce n’est que dans un mouvement technique équilibré, souple et sans blocages physiques ou mentaux, donc sans contrainte, que toute la force s’exprime pour libérer une grande puissance. Equilibre, force et souplesse se combinent pour permettre la coordination des mouvements, leur vitesse et leur qualité d’exécution.

Ce sont des notions essentielles à toute pratique de l’équitation. Mais dans la pratique, comment assouplir son cheval et le renforcer musculairement à l’obstacle ?Fonctionnement du cheval en mouvement, attitude générale, relation cheval-cavalier, qualité du tracé… Savoir regarder un cheval travailler est l’un des fondements de l’art de le monter, mais aussi d’enseigner/entraîner. C’est en cherchant à comprendre ce qu’est le fonctionnement juste que l’on affûte son œil et ses sensations.

Source IFCE

Par Nicolas SANSON - Nelly GENOUX

Objectifs

Pour le cavalier

Travailler l’équilibre, la force et la souplesse de son cheval à l’obstacle demande de savoir contrôler l’allure et diriger sa monture, tout en s’équilibrant assis ou sur ses étriers. Le cavalier est alors en mesure d’adapter sa posture et ses aides en fonction du comportement de son cheval, pour optimiser l’abord du saut. La répétition de ces exercices perfectionnera sa posture et ses sensations.

Que faut-il regarder ?

Regarder un cheval travailler, c’est :

  • Observer et analyser le fonctionnement de l’animal en mouvement
  • Observer et analyser son attitude générale
  • Evaluer la qualité de la relation cheval - cavalier
  • Visualiser les exigences de précision et de tracé

Pour le cheval

Pour le cheval, ce type d’exercices permet le développement d’une musculature harmonieuse et améliore la technique de saut. La période hivernale est l’occasion de perfectionner la rectitude, l’équilibre et la manière dont le cheval utilise son corps pour sauter.

Saut de puce sur le cercle

En sautant à partir du trot enlevé, vous donnerez la priorité à votre recherche d’équilibre et à l’accompagnement. En lui donnant de l’autonomie lors des sauts, sans pour autant l’abandonner, l’exercice est très éducatif et formateur pour le cheval. Il améliorera son équilibre, son style et sa technique d’abord par une plus grande liberté de mouvement.
En favorisant un saut décrivant une belle parabole, le saut au trot avec barre de réglage développe la technique et le geste du cheval à l'obstacle © A. Laurioux  

Consignes

Installez un vertical avec une barre de réglage placée à environ 2,50m devant l’obstacle (cf. schéma ci-contre).

  • Etape 1 : commencez par sauter une petite croix d’environ 40cm de haut
  • Etape 2 : transformez la croix en petit vertical, puis augmentez la hauteur progressivement

Vous devez aborder l’obstacle au trot enlevé, en restant bien droit dans votre dos, les épaules éventuellement légèrement inclinées vers l’avant. Ne craignez pas d’être en retard ou en avance, la répétition des sauts régulera votre accompagnement. Concentrez-vous simplement sur le rythme de l’allure et la recherche d’un contact permanent et moelleux avec la bouche de votre cheval. Cela vous aidera à être avec lui, à l’accompagner sans le gêner.

Critères de réussite et observables de l’enseignant

  • Equilibre du cheval et du cavalier dans la zone d’abord
  • Liberté de mouvement
  • Rectitude
  • Abaissement des hanches et poussée des postérieurs
  • Montée de l’avant-main
  • Décomposition du saut
  • Accompagnement du cheval par le cavalier

Essayez de percevoir la mécanique du saut depuis la battue d’appel jusqu’à la réception, avec une sensation de frappe à l’abord et de légèreté pendant le saut. Vous devez vraiment sentir l’arrière-main s’abaisser et pousser, et l’avant-main monter sous votre selle.

Saut au trot assis sans barre de réglage

La difficulté du saut au trot assis sans barre de réglage est de ressentir la battue d’appel, d’où la nécessité d’aborder l’obstacle dans une position très stable. Vous allez être obligé d’attendre réellement votre monture pour bien l’accompagner. C’est une bonne attitude pour inciter votre cheval à prendre le temps de sauter et de décomposer son geste. Plus lent que le saut au trot enlevé, cet exercice exige plus de détente verticale de la part du cheval et plus de retenue/d’attente du saut de votre part.

Consignes

A la suite du saut au trot enlevé avec barre de réglage, retirez la barre et venez maintenant sauter l’obstacle au trot assis. Commencez sur une croix ou un petit vertical, puis montez l’obstacle progressivement.

Placez-vous au trot assis dès la sortie d’un tournant à une quinzaine de mètres minimum de l’obstacle. Adoptez l’attitude « 2 points ½ » d’appui, c’est-à-dire assis mais en gardant votre poids du corps sur vos étriers, le buste légèrement incliné vers l’avant. Autrement dit, vos fesses sont posées sur la selle mais en maintenant autant de pression sur vos étriers que lorsque vous êtes en équilibre. De façon imagée, vous êtes dans la posture assise du trot enlevé. Acceptez une position assise inconfortable mais stable. Fixez vos mains devant vous et près de la crinière, sans accompagner avec votre assiette. Vous devez plutôt avoir le sentiment de « taper des fesses » sans bouger.

Critères de réussite et observables de l’enseignant

Ce sont les mêmes que ceux pour le saut au trot enlevé avec barre de réglage. A la différence près que cet exercice demande normalement plus de détente verticale de la part du cheval.

Saut sans élan

Pour sauter un obstacle, le cheval doit transformer une partie de sa vitesse horizontale acquise dans l’abord en vitesse verticale pour monter en l’air. Les exercices de saut sans élan vont développer ses capacités de détente verticale et la qualité des sauts. Avec une vitesse d’élan très faible, le cheval sautera « en force » et en lenteur, ce qui lui laissera tout le temps de peaufiner son geste et l’obligera à se servir de son dos. Avec peu de vitesse d’élan à transformer, il lui faudra effectuer un effort musculaire puissant du dos et de l’arrière-main. Ce mouvement exigera une détente verticale du cheval encore supérieure aux exercices de saut à partir du trot. C’est ce qu’on appelle un exercice de « pliométrie ». L’objectif est de décupler la capacité à produire un mouvement puissant sur une période très courte.

Consignes

Abordez de très petits obstacles d’environ 30-50cm au pas, dans la même position assise que dans le cas du saut au trot assis sans barre de réglage. 

  • Etape 1 : abordez au pas en essayant d’y rester le plus longtemps possible, puis autorisez une foulée de trot avant le saut
  • Etape 2 : abordez au pas en essayant d’y rester le plus longtemps possible, puis partez au galop dans la battue d’appel
  • Etape 3 : abordez au pas et attendez que le cheval saute à partir du pas. En cas de blocage, revenez aux exercices précédents.

Vous devez réussir à attendre le moment où votre cheval « décolle » du sol. L’important est surtout de ne pas le précéder, c’est-à-dire de ne pas sauter avant lui. Acceptez d’être en retard, mais en gardant la posture assise du trot enlevé (buste légèrement incliné vers l’avant). Attendre son cheval ne veut pas dire se pencher en arrière.

Critères de réussite et observables de l’enseignant

Ce sont les mêmes que ceux pour le saut au trot enlevé avec barre de réglage ou au trot assis sans barre de réglage. A la différence près que cet exercice demande encore plus de détente verticale de la part du cheval.


Dans tous ces exercices, ne passez à l’étape suivante qu’une fois que l’étape précédente est maîtrisée, c’est-à-dire quand vous arrivez à effectuer des sauts de qualité, dans la rectitude, avec un cheval qui décompose son saut en montant le garrot. Augmentez la hauteur progressivement en fonction de vos capacités et de celles de votre cheval, sans dépasser 1,00m maximum. Vous pouvez si nécessaire attraper une poignée de crins pour éviter de vous agripper à la bouche du cheval, ce qui nuirait à la qualité des sauts.


Problèmes rencontrés et solutions

Perte d’impulsion

Ces exercices peuvent avoir tendance à prendre sur l’impulsion. Afin d’éviter la panne d’impulsion, vous pouvez trotter et galoper entre les passages et repasser à l’allure inférieure une dizaine de mètres avant l’obstacle.

Cheval qui « chauffe »

Si votre cheval « chauffe » à l’abord ou dans le dispositif, revenez à des exercices plus simples favorisant la décontraction, le temps de retrouver calme et contrôle. Vous pouvez par exemple le travailler au trot et au galop sur des figures larges.

Cheval sur les épaules, qui s’appuie sur la main

Il s’agit d’un manque d’équilibre et d’impulsion. Un travail de transitions montantes et/ou descendantes (pas-trot, trot-pas, trot-galop, galop-trot, pas-galop…) obligera votre monture à alléger son avant-main en reportant du poids sur ses hanches. Ne reprenez les exercices qu’une fois que votre cheval est bien équilibré.